The International Council
for Philosophy and Human Sciences

Intervention of the Secretary-General of CIPSH at the General Assembly of UNESCO

Chère Mme la Directrice Générale de l’UNESCO,
Chers délégués, Mesdames et Messieurs,

Le CIPSH – Conseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines, créé à la demande de l’UNESCO le 18 Janvier de 1949, s’adresse à cette Assemblée Générale dans un contexte global d’inquiétudes, angoisses et ruptures, qui doivent nous porter à une réflexion sur le rôle et les responsabilités de chaque institution ou discipline pour faire face à ces difficultés.
Ce fut dans ce sens que, déjà en Octobre 2009, l’ancien président du CIPSH, a proposé à cette même Assemblée Générale l’organisation d’une Conférence Mondiale des Humanités, qui puisse réorganiser le secteur des sciences humaines dans le cadre du nouveau millénaire. Une idée puissante, que l’UNESCO a accueillie, et qui est désormais annoncé du 6 au 12 Aout 2017, dans la ville de Liège, en Belgique, en partenariat aussi avec le consortium LiègeTogether.
Is s’agit de s’adapter aux nouveaux défis et de chercher la convergence de nouvelles épistémologies avec la diversité des réponses culturelles aux changements globaux, pour une action ancrée sur une vision qui dépasse le court terme. Une action ancrée sur la créativité qui nous permet de construire des réponses nouvelles pour des difficultés nouvelles. Mais aussi une action ancrée sur la ferme croyance de que la pensée et la connaissance restent le cœur de la capacité des humains à se réinventer à chaque fois. Une action, finalement, qui rejette toute forme de pensée unique, car notre force majeure c’est la diversité de notre espèce, qui commence entre genres et âges et se prolonge dans le caléidoscope de langues, de mœurs, voir même de valeurs : les cultures.
En quoi consiste cette diversité à travers le temps et les espaces, et comment faire pour valoriser et renforcer cette diversité dans un cadre de convergence qui porte à une humanité dynamique et en paix .
L’UNESCO a identifié les principaux défis d’une « planète en transition » : l’augmentation de la population ; la recomposition des territoires ; les flux migratoires ; les contraintes énergétiques et environnementales ; l’uniformisation culturelle dans le contexte de la mondialisation et, à l’inverse, la structuration de nouvelles identités ; l’avènement de la société numérique qui induit souvent une société duale.
La Conférence Mondiale des Humanités, présidé par Adama Samassekou et dont le secrétaire-général sera Robert Halleux, sera en convergence avec ces défis et le programme MOST de l’UNESCO sur six grands chapitres : l’humanité et l’environnement ; identités culturelles, diversité culturelle et relations interculturelles ; patrimoine matériel et immatériel ; frontières et migrations ; histoire/mémoire/politique ; et les Humanités au sein d’une société numérique.
On ira pas résoudre ces questions seulement avec une Conférence. Mais la Conférence Mondiale des Humanités peut, si nous nous engageons tous, devenir un moment de changement vers cette direction. C’est pourquoi le CIPSH ne s’est pas limité à proposer la Conférence. On a aussi entamé une restructuration profonde du Conseil International, y compris de ses statuts et de ses stratégies scientifique et culturelle.
Une partie fondamentale de cette restructuration s’exprime par une collaboration beaucoup plus active avec les autres deux conseils internationaux des sciences sociales et naturelles, l’ISSC et l’ICSU, dont une première expression est l’organisation, en 2016, de l’Année Internationale de la Compréhension Globale, qui vise à faire comprendre la nature des rapports entre nos comportements locaux et les transformations globales, tout en mettant en évidence une grande diversité de réponses efficaces aux besoins basiques de nous tous : se nourrir, habiter, se déplacer, se reposer, enfin, vivre et pas seulement survivre.
Mais le CIPSH s’est aussi engagé, avec l’UNESCO, à préparer des conférence régionales des humanités, qui seront à la fois expression des savoirs des différents continents, mais aussi centrées sur des thèmes spécifiques. Par exemple, en Afrique, à Bamako, on discutera sur les enjeux de l’histoire, de la diversité linguistique, du patrimoine ou des perceptions culturelles de ces processus, à travers de mécanismes tels que les mythes. En Amérique du Sud, à Belo Horizonte, on discutera le rôle des Humanités dans l’aménagement et gestion des territoires. D’autres continents accueilleront d’avantage de thèmes et prépareront des réflexions et plans d’actions à la Conférence Mondiale.
Comme celle-ci, les conférences régionales regrouperont des académiques de toutes les disciplines, pas seulement des sciences humaines, mais aussi des artistes, des écrivains, des leaders sociaux, des personnalités avec des responsabilités de définition de politiques culturelles et scientifiques. Ce ne sera pas un congrès seulement des scientifiques, c’est une Conférence pour nous tous, et les résultats seront aussi le fruit de votre engagement, mesdames et messieurs, car une des caractéristiques de la mondialisation est précisément une capillarité entre les anciens monde académique et socio-culturel, qui nous interpelle, à chaqu’un et à chaqu’une, pour prendre responsabilité globale.
Aussi, le CIPSH prépare, avec toutes ses organisations membres, un rapport préliminaire sur l’état de l’art des Humanités dans les différentes disciplines et régions. Je vous invite aussi à nous aider à contacter avec les experts de vos pays et de vos organisations, pour que ce rapport puisse être le plus complet possible.
Mme la Directrice-Générale,
Mesdames et Messieurs, cher délégués,
Le CIPSH n’est pas venu s’adresser á vous pour demander un simple soutien. On vous demande un engagement, car nous tous comprenons aujourd’hui que les Humanités ont un rôle irremplaçable si on veut faire face aux racines des catastrophes issues des changements sociaux et culturels de la mondialisation, dont ceux qui meurent en fuite de guerres, sécheresses ou persécutions, demandent notre attention.
Merci pour cette attention.

Luiz Oosterbeek
Secrétaire-Général du CIPSH
(text read by Amadou Kane Beyé on behalf of the SG)


November 13, 2015


/web/news-91.htm